Portrait de docteur - Clément FLAYAC

PhD Consulting vous propose une série de portraits de docteurs ayant fait le choix de poursuivre leur carrière hors secteur académique après l'obtention de leur thèse. Aujourd'hui, retrouvez notre entretien avec Clément FLAYAC.

  • Pourriez-vous vous présenter ainsi que nous donner les quelques éléments clés de votre parcours (formations et expériences professionnelles) ?

Je suis de Bordeaux, et fortement imprégné du monde viticole. Je voulais devenir oenologue, car ce métier représente l’équilibre parfait entre science et émotion face à un objet complexe, qu’est le vin. Lors de mes premières années d’études, je me suis ouvert à d’autres disciplines, telles que l’écologie, la microbiologie et la bioinformatique, et j’ai décidé de continuer sur cette voie, tout en gardant l’oenologie comme passion. J’ai ensuite réalisé une thèse en écologie microbienne à SupAgro et un MBA à Ionis-STM.

  • Pourriez-vous nous décrire le poste que vous occupez actuellement ?

Actuellement, j’occupe le poste de consultant en transformation agile au sein d’un groupe automobile. Cette transformation est en rupture avec les méthodes traditionnelles. C’est avant tout un changement culturel, basé sur l’acceptation de l’échec, le travail pluridisciplinaire et l’émergence de l’intelligence collective face à des problèmes complexes. Cette philosophie est donc très proche de celle du monde de la recherche, qui m’inspire au quotidien.

  • Comment avez-vous construit votre projet professionnel après votre PhD ? Quelles stratégies avez-vous mis en place pour décrocher votre emploi ? A quelles difficultés avez-vous dû faire face ? 

Pour construire mon projet post-PhD, j’ai été proactif sur deux sujets en parallèle de ma thèse : l’ouverture internationale et la création d’une start-up. Pour le premier, j’ai postulé à l’EIR-A (École internationale de recherche d’Agreenium) qui permet une ouverture aux grandes problématiques scientifiques actuelles et offre un parcours doctoral d’excellence. J’ai pu collaborer avec l’UAB (Universitat Autonoma de Barcelona), c’était très enrichissant d’observer à quel point ils étaient capables de trouver des solutions innovantes grâce à un état d’esprit ‘Jugaad’. En parallèle, je développais un projet de start-up avec des amis doctorants. Nous avons remporté un concours permettant de développer un projet de bout en bout. Ce dernier était l’occasion d’apprendre la mise en place de business model, d’aller à la rencontre de clients, de lier des partenariats, et savoir pitcher, etc.

Mener ces différentes activités en parallèle m’ont permis de mettre en lumière ce que je voulais véritablement pour la suite. J’aime profondément la recherche, mais j’ai découvert que faire naître et développer un projet est une satisfaction incroyable, source de motivation jour après jour.

  • Avez-vous suivi une formation complémentaire ? 

J’ai complémenté mon parcours par un Master of Business Administration à Ionis-STM, pour avoir des bases solides en management d’entreprises, acquérir une multicompétence, et m’ouvrir aux problématiques des organisations.

  • Si c'était à refaire, que changeriez-vous ?

Si c’était à refaire, je pense que je me serais rapproché plus tôt du monde des start-ups. C’est un endroit propice à la créativité et aux réflexions hors cadre et c’est aussi la possibilité de créer des relations avec des gens passionnés.

  • Selon vous, pourquoi les entreprises devraient recruter des docteurs ?

Les entreprises sont entrées dans l’ère de la volatilité, de l’incertitude et de la complexité. Pour y faire face, elles doivent compléter leurs équipes avec des profils de docteurs, et améliorer leur ‘biodiversité’ et leur résilience. C’est une des clés du succès, celles qui ont déjà choisi l’intégration de docteurs dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires sont étonnées des résultats produits et réorientent leur cible de recrutement.

  • Quels sont vos projets pour la suite ?

Pour la suite, je souhaite monter en compétence dans le métier du conseil. Je souhaite également contribuer à l’émergence de projets innovants, des petites aux grandes structures, car ces deux mondes ont à apprendre l’un de l’autre. J’ai aussi à cœur de transmettre et partager en intervenant dans plusieurs écoles et universités dans le cadre de cours et conférences.

  • Auriez-vous un / des conseil(s) à donner à ceux qui veulent se lancer hors secteur académique ?

Pour se lancer hors académique, le conseil est d’être proactif, oser des projets pluriels, avoir en soi une profonde détermination et avoir un état d’esprit de joueur pour encaisser les échecs et les transformer en expérience.

Un grand merci Clément !

Si vous aussi souhaitez franchir le pas, n'hésitez pas à consulter nos ressources dédiées aux docteurs ICI.

Nous proposons notamment des entretiens personnalisés d'environ 45 minutes pour échanger sur votre projet professionnel. Il vous suffit de remplir ce court questionnaire.

Si par ailleurs vous souhaiteriez voir un portrait de docteur dans un domaine bien particulier n'hésitez pas à nous en faire part et même à nous suggérer quelques profils qui pourraient vous intéresser !

Retrouvez d'autres portraits >>> ICI <<<